MediPass
Identifiez-vous ou inscrivez-vous au site
« Les comptes rendus du SNO 2009 | 22 - 24 octobre 2009, New Orleans »
Pour consulter le contenu de ce site, vous devez vous identifier ou vous inscrire Pas encore inscrit ?
L'inscription et l'utilisation de MediPass sont des services gratuits
connexion
 

Envoie du mail en cour
 
mardi 4 août 2015 | Se connecter |
| A propos | www.neuroscoop.net
Il y a actuellement : 31 articles, 10 vidéos en ligne, 3 iMédias en ligne
Les derniers comptes rendus
Retrouvez ci-dessous les derniers articles publiés (pour l'intégralité des articles, utilisez les menus).
Dr Emilie Le Rhun le 24-10-2009
L’origine des cellules endothéliales retrouvées dans les glioblastomes reste encore mal précisée. La contribution de progéniteurs endothéliaux circulants ou de la moelle osseuse semble modeste. Les cellules endothéliales des glioblastomes possèdent les mêmes aberrations génétiques que les cellules tumorales, laissant envisager une origine commune.
Des fragments frais de glioblastomes ont été utilisés dans cette étude afin (...) Lire la suite
Pr Damien Ricard le 24-10-2009
Philippe Metellus, qui coordonne l’étude soutenue par l’ANOCEF des épendymomes pris en charge dans 24 services de neurochirurgie français, a présenté une série de 114 patients porteurs d’épendymomes de grade II (histopathologie centralisée) pour en déterminer les facteurs pronostiques.
L’étendue de l’exérèse initiale, la localisation sous-tentorielle, ainsi qu’un indice de Karnofski supérieur à 80 après chirurgie (...) Lire la suite
Dr Ahmed Idbaih le 24-10-2009
Les données cliniques et morphologiques sont parfois insuffisantes pour prédire le pronostic des patients atteints d’une tumeur cérébrale. Combinés aux données anatomopathologiques, les marqueurs radiologiques et/ou moléculaires s’avèrent de plus en plus pertinents pour établir des groupes de tumeurs homogènes sur le plan pronostic.
Lors de la session Pathology/Prognostic Markers, plusieurs prédicteurs du pronostic des tumeurs du système nerveux ont été présentés. (...) Lire la suite
Dr Isabelle Catry-Thomas le 24-10-2009
1- Survie à long terme et génétique : un polymorphisme dans le gène HMGA2 peut être un prédicteur génétique pour la survie dans les GBM (LIU, USA, 91)
2- Altérations cognitives chimio-induites et bases moléculaires : différentiel de sensibilité aux chimiothérapies communément utilisées, entre (...) Lire la suite
Dr Emilie Le Rhun le 24-10-2009
Les cellules souches tumorales (CST) sont supposées être à la source de la progression dans les tumeurs cérébrales malignes. Aucun marqueur spécifique des CST n’a été identifié. L’EGFRvIII, altération la plus fréquente du récepteur à l’EGF, est exprimé par une proportion significative des cellules souches CD133+.
Dans cette étude, une analyse de la co-expression de CD133+ et EGFRvIII par FACS a été réalisée dans des tumeurs cérébrales fraîches. (...) Lire la suite
Pr Damien Ricard le 24-10-2009
L’équipe de l’UCLA mène depuis 2006 une étude de phase II chez des patients atteints de glioblastome en première ligne associant le bevacizumab au STUPP (10mg/kg IV 2 fois/mois) pendant la radiothérapie et en entretien avec le temozolomide pendant deux ans ou jusqu’à la progression. Les 70 patients prévus sont désormais inclus.
Après avoir présenté les résultats intermédiaires à l’ASCO cette année, (...) Lire la suite
Dr Isabelle Catry-Thomas le 24-10-2009
Confiance dans ce que disent les soignants
Patients atteints de tumeur cérébrale primitive et soignants : concordance dans l’attestation des symptômes indépendamment de l’état neurocognitif des patients(AMSTRONG, USA.386).
Epilogue. Au port d’attache, solidarité d’un équipage contre vents et marées.
Prise en charge palliative à domicile de patients atteints de tumeur cérébrale : (...) Lire la suite
Dr Ahmed Idbaih le 23-10-2009
Les travaux présentés lors de la session « Tumor biology » étaient principalement centrés sur la proposition et l’évaluation de nouvelles stratégies thérapeutiques dans les gliomes de haut grade de malignité.
En effet, l’efficacité modeste des traitements conventionnels et des inhibiteurs de l’EGFR conduit de nombreuses équipes à rechercher d’autres molécules clés impliquées dans l’oncogénèse gliale et/ou dans la résistance, des gliomes, aux inhibiteurs de l’EGFR.
Ainsi, Bredel et al. ont découvert des délétions du gène I-kappa-B-alpha (...) Lire la suite
Edito
Chers collègues,
Par Damien Ricard (Paris)
Cette année le congrès de la Society for Neuro-Oncology se tient à la Nouvelle-Orléans en Louisiane. L’ANOCEF se devait de couvrir l’événement dans cette ville la plus francophone des Etats-Unis. C’est cependant à l’extérieur du « French Quarter » que se déroule le congrès. Le programme annonce une année riche en innovations biologiques, comme souvent au SNO, mais aussi de résultats d’essais cliniques.
Pour couvrir ces 3 jours très denses, une (...) lire la suite
Imedias
Gliomes de haut grade
Dr Ahmed Idbaih, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière - Paris
imedia imedia imedia
Soins palliatifs à domicile
Dr Andrea Pace - Rome
Le Dr POLLEY, de l'UCSF (Californie), a cherché à définir un objectif primaire plus pragmatique que la Survie globale pour les patients traités par Radiothérapie combinée au TEMOZOLOMIDE (protocole " STUPP ").
Etude Rétrospective : 183 patients traités dans des essais comportant ce protocole radiothérapie-TEMODAL.
Résultat : association forte entre les SSP à 2, 4 et particulièrement à 6 mois.
Dans la discussion, Dr POLLEY souligne que :
- la pseudoprogression n'a pas été particulièrement prise en considération ;
- si la SSP à 6 mois peut être un objectif primaire approprié, on ne peut dire qu'il le restera dans les protocoles incluant les antiangiogéniques dans le primotraitement des GBM, en association avec la RT combiné au TEMODAL.
Moteur de recherche
Attention, ceci est un compte-rendu de congrès dont l'objectif est de fournir des informations sur l'etat actuel de la recherche ; ainsi les données présentées sont susceptibles de ne pas être validées par l'AFSSAPS et ne doivent donc pas être mises en pratique. Tous les articles publiés sont sous la responsabilité de leurs auteurs.